Dans un contexte moins porteur qu’au premier semestre 2017, notamment du fait de conditions météorologiques nettement moins favorables, le groupe EPC a vu son chiffre d’affaire reculer.

Cette moindre activité a pesé sur la rentabilité des activités Explosifs.

La norme IFRS 15 a été appliquée pour la première fois cette année. Comparé à 2017, cette norme a conduit à différer une partie du résultat de la démolition.

L’amélioration de la contribution des co-entreprises et la cession d’un terrain en France ont permis d’obtenir un résultat opérationnel de 8,5 M€ proche des 9,5 M€ obtenus au premier semestre 2017.

Le résultat net s’établit à 4,6 M€ (5,2 M€ au premier semestre 2017).

1. Activité Consolidée en baisse de 6 ,9% par rapport au premier semestre 2017 à taux
de change et périmètre constant

En terme réel, l’Activité Consolidée du Groupe (intégrant les co-entreprises) baisse de 8,6% et s’élève à 172,1 M€. L’évolution est comparable à celle du premier trimestre (-8%).
Le Chiffre d’Affaires semestriel à taux de change et périmètre constant, s’établit pour sa part à 156,9 M€ contre 172,7 M€ en 2017, en baisse de 7,8%.

Chiffre d'Affaires Groupe EPC S1 2018

* La variation à taux de change et périmètre constant est calculée en convertissant les chiffres 2017 aux taux de change
moyens mensuels de 2018 et en ajoutant (ou en retranchant) aux chiffres 2017 les entrées (ou les sorties) de périmètre.

Les conditions climatiques du premier semestre tant en Europe qu’en Afrique du Nord ont pénalisé l’activité, alors que le début de l’année 2017 avait été particulièrement clément.

La zone Europe et Amérique est en baisse de 5,5% à taux de change et périmètre constant soit environ 9,5 M€.

Dans la Démolition, le premier semestre 2017 avait été particulièrement riche en grands contrats. Le premier semestre 2018 a été en retrait de 4 M€, certaines commandes importantes enregistrées en début d’année tardant à se mettre définitivement en vigueur. Le bon niveau d’activité se confirme
néanmoins tant en région parisienne que dans le secteur industriel.

L’activité explosifs est légèrement en retrait en France avec là aussi un effet de comparaison peu favorable lié aux excellentes conditions climatiques de début 2017. Mais c’est surtout l’Italie et dans une moindre mesure la Suède qui expliquent la baisse d’activité sur la zone dans un contexte moins porteur et une concurrence accrue. En revanche l’Espagne et la Belgique voient leur activité progresser grâce à des gains de parts de marché.

EPC Canada, malgré une intense activité commerciale, a été pénalisé par la perte des deux contrats fin 2017, le recul de chiffre d’affaires sur 6 mois s’élève à 3 M€. L’Irlande voit en revanche son activité progresser, alors que le Royaume-Uni et les Etats-Unis restent stables.

Les additifs diesels, portés par la hausse des prix du pétrole, réalisent un bon premier semestre avec un chiffre d’affaire en croissance.

Le contrat de vente d’équipement, de service et de technologie au Vietnam continue à se dérouler dans de bonnes conditions il génère néanmoins un chiffre d’affaires de 1 M€ (2 M€ au premier semestre 2017).

La zone Afrique et Moyen Orient marque nettement le pas par rapport au premier semestre 2017 avec un chiffre d’affaire en baisse de 6,5 M€.
Plus de 80% de cette baisse d’activité est liée à la suspension pendant 6 mois des approvisionnements Nitrate sur le contrat SMB en Guinée. Un nouveau contrat é été signé en mai 2018 pour 2 ans. Les approvisionnements reprendront à compter du mois d’août 2018.

L’activité continue à être en forte progression en Côte d’Ivoire, cela compense la performance légèrement en retrait du Maroc, alors que la construction de la nouvelle usine est actuellement en cours.

Les Emirats sont stables, MCS progresse grâce au contrat Maaden en particulier et au développement de l’export sur le Koweit qui compense la moindre activité au Qatar.

2. Le Résultat Opérationnel Courant à 8,6 M€ et Résultat Net à 4,6M€ (contre 5,2 M€ en 2017)

Chiffre d'Affaires S1 2018» alt=»Résultat Groupe EPC S1 2018″ />

Le Résultat Opérationnel Courant incluant la part des mises en équivalence baisse à 8,6 M€ à fin juin 2018 contre 10,2 M€ en 2017. Le résultat est stable sur la Zone Europe Amérique, il baisse légèrement sur la zone Afrique Moyen Orient.

Deux pays expliquent la baisse du résultat opérationnel sur la zone Afrique Moyen Orient.

  • La Guinée avec la suspension du contrat SMB ; le résultat s’est dégradé de 0,7 M€ ; le groupe a fait le choix de maintenir la structure dans cette période d’incertitude, ce pari s’est révélé gagnant puisque le contrat a été resigné pour 2 ans.
  • Le Maroc avec une baisse de résultat de 0,6 M€ explique l’autre partie de cette baisse dans uncontexte de moindre activité.

Les résultats de l’Europe Continentale (yc sociétés holdings) progressent de 1M€. La baisse de rentabilité de l’Italie et de la Suède, liée à leur faible activité a été plus que compensée par la plus value dégagée sur la cession du terrain de Billy Berclau dans le Nord de la France. Cette cession d’un terrain qui n’abritait plus aucune activité industrielle, était en discussion depuis plusieurs années. Elle a finalement pu aboutir fin juin 2018 permettant de réaliser une plus-value de 1,5M€ avant impôt dans les comptes consolidés.

La Démolition voit sa performance baisser sensiblement. Cette baisse de près de 1,3 M€ s’explique pour près de 0,8 M€ par la première application de la norme IFRS 15 chez EPC. Les nouvelles règles ont conduit le groupe à décaler la reconnaissance du revenu sur certains contrats (pour plus de détail voir note 3.1.2 de l’annexe aux comptes consolidés). Cette marge demeure néanmoins en carnet et sera dégagée dans les prochains mois.

Le Royaume-Uni a vu résultat opérationnel baisser. C’est principalement l’activité explosif qui explique cette contre-performance. La filiale a dû faire face à un problème ponctuel de qualité qui a entrainé des surcoûts importants qui ont pesé sur la rentabilité au premier semestre. Ce sujet est
aujourd’hui réglé à la satisfaction des clients.

L’augmentation de l’activité dans les additifs et les restructurations engagées ont permis de compenser la baisse de rémunération liée au nouveau contrat signé fin 2017, les résultats sont stables.

Enfin EPC Canada réduit légèrement sa perte. La perte des contrats fin 2017 n’a pas permis de redresser les comptes de la société aussi rapidement qu’espéré, néanmoins les nouvelles restructurations réalisées et l’intense activité commerciale permettent d’espérer un retour prochain à la profitabilité.

La contribution sur la zone Europe Amérique s’affiche donc légèrement en retrait mais reste néanmoins à un bon niveau si on la compare aux performances historiques.

Le Résultat Opérationnel du groupe, est lui aussi en légère baisse passant de 9,5 M€ à 8,5 M€

Le Résultat financier s’améliore légèrement passant de (-2.1 M€) à (-2,0 M€) en l’absence d’évènement significatif.

Après prise en compte de l’impôt (-1,8 M€), le Résultat Net part du groupe ressort à 4,6 M€ au 30 juin 2017 contre 5,2 M€ en 2017.

3. Evènements significatifs du premier semestre 2018

Contrat de démantèlement d’une Raffinerie à Dunkerque

EPC Démolition à travers un groupement formé par ATD, Occamat et Occamiante a pris une importante commande à Dunkerque pour le démantèlement et la décontamination d’une raffinerie.

Ce contrat d’un montant cumulé de près de 14 M€ a été passé par la société MCD, filiale du groupe Colas en charge du démantèlement du site SRD.

Les travaux ont débuté au cours du premier semestre 2018 et se termineront fin 2019.

Renouvellement du contrat SMB

Le contrat SMB (Société des mines de Boké) en Guinée a été renouvelé en mai 2018 pour une période de 2 ans. Il comprend la fabrication sur site des explosifs et la fourniture des matières premières principales.

Le renouvellement de ce contrat par SMB (Société Chinoise exploitant la deuxième plus grande mine de Guinée), traduit la capacité du groupe à nouer des partenariats dans la durée avec ce nouveau type d’acteur, aujourd’hui très présent dans le développement minier en Afrique.

Cession du terrain de Billy Berclau

EPC SA a procédé en juin 2018 à la cession d’un important terrain situé à Billy Berclau dans la région Haut de France. Cet ancien site de production d’explosifs d’une superficie d’une cinquantaine d’hectares était sans activité depuis 10 ans.

Des discussions approfondies ont été menées avec les collectivités locales (Mairie de Billy Berclau, communauté d’agglomération Béthune-Bruay Artois Lys Romane, région Haut de France) afin de trouver un avenir à ce site.

Les collectivités ont décidé de mener sur ce site un projet de ZAC verte en vue de développer des activités économiques respectueuses de l’environnement. Le site est situé dans la Coulée verte reliant les villes de Lille à Lens. Il se situe également en bordure de canal.

Afin de pouvoir mener à bien ce projet, la Communauté d’Agglomération a missionné l’Etablissement Public Foncier (EPF des hauts de France) pour procéder à l’acquisition et au réaménagement du terrain.

Ces discussions se sont déroulées dans un bon climat, l’EPF saluant les efforts réalisés par EPC (dépollution, gardiennage, entretien) pour restituer un terrain dans les meilleures conditions. La vente proprement dite a été signée le 7 juin 2018 pour un prix de 2,7M€, l’encaissement de cette somme est intervenu au mois de Juillet.

4. Evènements postérieurs à la clôture

Cession d’une partie de la participation d’EPC dans la Joint Venture AREX (EAU)

Conformément à ce qui avait été annoncé dès Juin 2017, le groupe a procédé le 18 juillet 2018 à la cession de 200 des 400 titres qu’EPC détenait dans la Joint-Venture AREX aux Emirats Arabe Unis. Ces titres ont été cédés à la Société Rak-Rock qui a concomitamment procédé au rachat de 600 titres détenus par d’autres actionnaires d’AREX. A l’issu de cette opération RAK ROK détient 80% d’AREX et EPC 20%.

L’accord de JV a été modifié afin d’adapter la gouvernance de la société à la nouvelle répartition du capital. Cet accord permet à EPC de conserver un niveau de contrôle suffisant pour que cette société continue à être mise en équivalence dans les comptes du groupe.

Par ailleurs, à cette occasion AREX a signé un bail de 99 ans afin de sécuriser l’implantation de l’usine ; AREX aégalement conclu un accord de Licence avec EPC Innovation qui lui permet d’avoir accès aux technologies du groupe EPC.

Il s’agit d’une étape importante dans l’histoire de cette co-entreprise, qui lui permet de continuer son développement dans d’excellentes conditions sur ce marché porteur.

Prolongation du Crédit Renouvelable Confirmé

Le 31 juillet 2018, BNPP, Société Générale et LCL ont accepté de prolonger jusqu’au 30 janvier 2023 le Crédit Renouvelable Confirmé d’un montant maximal de 25 M€, crédit qui faisait partie du nouveau financement groupe mise en place en mars 2017.

Cette prolongation traduit la confiance renouvelée des banques dans la stratégie du groupe EPC.

5. Evolution prévisible pour le semestre à venir

Au cours du premier semestre, le groupe EPC a fait face à plusieurs défis importants qui ont pesé sur l’activité et la rentabilité opérationnelle ; des actions ont été menées pour y répondre. Le résultat net a pu être maintenu (hors impact IFRS 15) grâce à la cession du terrain de Billy Berclau intervenue fin juin.

La visibilité pour le deuxième semestre s’annonce meilleure grâce notamment au niveau d’activité attendu dans la Démolition et à la bonne tenue de certains marchés (Belgique, Irlande, Sénégal et Côte d’Ivoire notamment).

Ceci devrait permettre de maintenir un résultat positif sur le deuxième semestre malgré le passage d’AREX de 40% à 20% de détention intervenu comme prévu en juillet 2018.